mardi 8 décembre 2009

Mon portrait par Jean-Marie Palacios (@artpjm)

J'ai eu le plaisir de rencontrer Jean-Marie Palacios, un artiste de grand talent. Ses oeuvres sont construites à partir de photographies, avec un  superbe travail de collage, et un jeu sur les couleurs et les rendus.

Au travers d'un blog, Jean-Marie Palacios, fait la promotion de ses oeuvres et entre en relation avec des galeristes, des amateurs d'art, des critiques.

Jean-Marie Palacios est aussi à suivre sur Twitter, où il officie sous le pseudonyme de @artpjm. Des reproductions de ses oeuvres sont disponibles dans twitpic et dans flickr.

Sur twitpic chaque utilisateur de Twitter tweete directement son avis sur son oeuvre, ce qui permet une mise en relation directe entre l'artiste et le public !

Au fait, mille merci à Jean-Marie Palacios, d'avoir fait mon Twitter portrait...

samedi 21 novembre 2009

Interview de NKM au sujet de "Tu Viens ?"

Nathalie Kosciusko Morizet, secrétaire d'Etat à l'économie Numérique et à la prospective vient de sortir un livre intitulé "Tu Viens ?". Au cours de cette interview, Fabrice Epelboin de readwriteweb.fr et Frédéric Bascuñana de techtoc.tv l'interrogent

samedi 14 novembre 2009

Les Hackers sortent du bois

Selon Wikipedia : "Hacker est à l'origine un mot anglais signifiant bricoleur, bidouilleur, utilisé pour désigner en informatique les programmeurs astucieux et débrouillards. Plus généralement il désigne le possesseur d'une connaissance technique lui permettant de modifier un objet ou un mécanisme pour lui faire faire autre chose que ce qui était initialement prévu".

Sur le plateau de TECHtoc.tv, 4 hackers nous font partager leur passion du hacking !

jeudi 12 novembre 2009

LinkedIn, Viadeo, Twitter, Facebook : perte de productivité dans les entreprises ?

Préambule :
Ce billet a été rédigé par Emmanuel Gadenne , Olivier Schimpf et Julien Dorra dans une Google Wave

Sur le même sujet :
[1] Par Bertrand Duperrin : Et si on arrêtait une fois pour toutes de dire n’importe quoi sur Facebook et la productivité
[2] Par Vincent Berthelot : Quels impacts ont les réseaux sociaux sur la productivité ?
[3] Le débat complet sur Techtoc.tv, en vue d'un débat enregistré le 29/10/09.




L'usage des réseaux sociaux présente des caractéristiques contradictoires :

-1- en utilisant la sagesse des foules et la viralité, il est possible d'obtenir rapidement des réponses à des questions avec un dégré de confiance plus élevé qu'en utilisant un moteur de recherche.

Ainsi, par expérience, lorsque je pose une question pratique ou technique sur Twitter celle-ci est souvent retweetée. Au bout d'une dizaine de minutes je reçois plusieurs dizaines de réponses. Presques toutes sont correctes, de l'ordre de 9 sur 10.

La viralité est assurée par le mécanisme du retweet.

Quant à la sagesse des foules, c'est ici la pression sociale qui joue : la réponse engage celui qui la donne. Face aux autres, en cas de doute l'être humain s'abstient, ce que ne sait pas faire le moteur de recherche.

-2- En permettant la mise en relation spontanée d'informations, le web social permet une nouvelle manière de collaborer : collaborer par hasard, sans planification d'ensemble.

En entreprises les échanges sont privés par défaut. En se limitant aux échanges privés, de nombreuses informations essentielles restent prisonnières au fin fond des boites de réception.

Les outils sociaux, avec leur approche publique par défaut, permettent des collaborations étendues.

Les réseaux sociaux multiplient les possibilité concrêtes de coopétition. Cela demande de repenser les frontières informationnelles de l'entreprise.

Les entreprises travaillant dans les écosystèmes open-source sont d'ores et déjà habituées à laisser leurs employés partager des informations et du code de manière publique.

Dans le monde open-source, les entreprises les plus actives dans le partage augmentent leur expérience, leur visibilité et leurs capacités de recrutement.

Les moins :

-3- le networking est rapidement addictif.

S'il permet dans un premier temps d'occuper utilement son temps de pause au travail, il peut, après quelques mois de pratique, devenir un besoin qu'il est nécessaire de satisfaire à intervalle régulier.

De même que l'on va vérifier toutes les heures si on pas reçu un nouveau mail, on est alors susceptible d'aller voir trop fréquemment si on a pas reçu de nouveaux tweets intéressants, une nouvelle mention @reply, un nouveau direct message...

Le problème peut aller jusqu'à déborder sur les anciens modes de communication : faute d'un réglage adéquat, les réseaux sociaux sont aussi des émetteurs de emails bavards susceptibles d'engorger votre boîte aux lettres. Ou même votre téléphone via les SMS envoyés par Twitter ou par les outils associés comme Boxcar sur iPhone !

Les plus ou moins :

-4- les réseaux sociaux sont les lieux d'exercice idéal de la sérendipité.

En clair, on y trouve ce qu'on y cherchait pas au départ. Cette sérendipité est idéale pour la veille, l'innovation, le partage d'une culture avec ses pairs, et le développement de son domaine de spécialisation aux contacts des experts.

Cette capacité à trouver, plus ou moins vite, autre chose que ce que l'on était venu chercher au départ peut aussi constituer un frein à la réalisation rapide de tâches simples.

Parfois, on aurait pu trouver la réponse plus vite dans Google ou dans Wikipédia qu'en collaborant de façon systématique avec son réseau. Ce n'est pas complètement nouveau : les vieux forums eux-même sont d'ailleurs rempli de la fameuse phrase «Google is your friend» l'équivalent contemporain de RTFM ("Read The F***ing Manual").

Vers une Facebook netiquette :

N'oubliez pas que certains de vos employés ont sans doute déjà utilisé des réseaux sociaux pour produire, dans le cadre d'autres entreprises ou organisations - universités, écoles, associations, communautés en ligne... Considérez ces réseaux sociaux comme des outils.

Si vous pensez que vos employés ne peuvent utiliser ces outils sans danger pour leur productivité, si vous pensez que l'usage de certains réseaux sociaux ne peut pas être toléré dans l'entreprise, il ne faut pas leur en laisser l'accès. Militez pour le blocage de celui-ci dans le firewall.

Mais sachez que les APIs de ces réseaux les rendent accessibles via des miliers de sites tiers. En bloquant le site twitter.com, le gouvernement Iranien n'a pas réussi à bloquer l'accès au service Twitter, il est douteux que vous y arriviez !

Les réseaux sociaux sont des outils de communication apparus au 21e siècle, tout comme le téléphone a été un outil de communication apparu avec le 20e siècle. Il n'a pas si longtemps, on hésitait à donner le téléphone à certains employés. Il n'aurait pas fallu qu'ils perdent du temps de travail à appeller chez eux. Aujourd'hui, on en est d'avantage à noter les numéros de mobile de ses collègues dans son propre téléphone portable, au cas où...

Certains usages continueront à être dénoncés ça et là. Baisse de productivité ou discours négatif sur son entreprise ou ses collègues peuvent être observés sur ces outils, mais il en est de même avec tous les outils de communication, que ce soit au sein de l'entreprise ou à l'extérieur de celle-ci, que ce soit durant les heures de travail ou non...

L'usage de la messagerie est aujourd'hui très codifie en entreprise, mais il y a 15 ans, il était fréquent de voir passer des mails qui parfois coûtaient chers à leurs auteurs, ou même d'entendre des discours sur l'inutilité de l'email «dans mon entreprise, pour mes salariés».

Peu à peu, chaque outil utilisé dans l'enceinte de l'entreprise sera pourvu de ses règles d'usage et de son étiquette... Après le mail, viendre le tour de Facebook, Twitter, Viadeo, LinkedIn, Google Wave.

Les bons outils de Web 2.0 associés aux bons usages exercés dans le cadre d'une étiquette étendue permettront non seulement des gains de productivité mais aussi de nouvelles opportunités d'épanouissement.
Gardons l'espoir d'un job de "wave" pour tous ! 



Sur ce sujet, un grand débat a été organisé par TechToc.tv, à découvir ici :


[Aller voir le site]

samedi 7 novembre 2009

Comment réseauter en paix ?



Dans un réseau social (Facebook, Twitter, Viadeo, LinkedIn, FriendFeed...) vous êtes déjà tombés sur des snobs, des spammers, des trolls, etc.

Dans ce contexte, comment réseauter en paix ? Faut-il faire jouer la réciprocité ? Comment trouver une audience servant ses objectifs ? Comment réseauter efficace ? Faut-il adopter des comportements différents sur un réseau pro et sur un réseau perso ?

Toutes ces questions furent posées dans ce débat, auquel j'ai eu le plaisir de participer au côté de Michelle Blanc, Vincent Berthelot, Frédéric Bascuñana.

Concernant cette vidéo, voici mon découpage en chapîtres :
00:00 Introduction
02:14 Qu'est-ce qu'un Twitter snob ?
03:02 Les nuisibles sur tous les réseaux
04:59 La communication bidirectionnelle
05:19 Dialogue sur le blog Marianne 2 ?
09:22 Conseils pour les entreprises qui se mettent à Twitter
10:20 Comment être à l'aise dans la conversation ?
12:18 Monitorage
13:23 Twitter pour le service client
14:24 Twitter peut-il être contre productif ?
15:36 Twitter et les super-influenceurs
16:12 Les collectivités sur Twitter
19:00 Les Twitter snobs et le principe de réciprocité
21:00 Avoir une vraie conversation avec Twitter ?
22:21 Le ton des marques et le talent des community managers
25:34 Monitoring et exemples à suivre
29:05 Les Twitter vexés
32:39 Le principe de réciprocité
34:59 Tweeter différemment la semaine et le week-end
36:00 L'authenticité plus que la transparence
40:41 Les bons horaires pour tweeter à des francophones

Note : Je me suis inscrit sur le site de techtoc.tv au départ pour visionner ces plateaux de webtv avec plus de confort. J'y ai découvert des tournages, et j'y ai posté mes commentaires. Aujourd'hui, je participe aussi à des plateaux et, en accord avec l'équipe de techtoctv, je donne vie à mes idées de tournages...
Bravo pour cette excellente webtv ouverte sur le monde, que je vous invite à rejoindre, car si je l'ai fais pourquoi pas toi ? Un endroit idéal pour tout web-enthusiast ou tout web-sceptic qui a des idées à partager !

lundi 26 octobre 2009

Tirer le meilleur parti de Twitter

Un guide Twitter en 4 parties :
  1. Présentation générale du service et de ses usages
  2. Les services dérivés 
  3. Les usages pour les entreprises. 
  4. Le futur possible de l'outil de micro-blogging et les utilisations insolites. 
Note : Dans ce guide, j'ai proposé un article sur les monnaies virtuelles (pages 77 à 80) et un article sur les Twitter snobs, co-écrit avec Lilian Mahoukou.

Tirer le meilleur parti de Twitter

La liste complète des auteurs et contributeurs :
  • Lancement du projet et coordination : Flavien Chantrel et Benjamin Romei
  • Relecture et mise en page : Flavien Chantrel et François Mathieu
  • Couverture et charte graphique : Nicolas Chaunu, de eMob et Weecast
  • Dessins de transition : Isabelle Gatzler de Phénomène graphique et Un geek à la maison
Auteurs

Flavien Chantrel : community manager pour les espaces collaboratifs du réseau RegionsJob. Blogueur sur l’emploi, l’identité numérique et les outils du web 2.0 sur le Blog du Modérateur.

Antoine Dupin : chargé de communication web le jour, blogueur la nuit, Antoine Dupin s’intéresse particulièrement à l’e-réputation, à la politique et à l’entreprise 2.0 et plus généralement aux médias sociaux. Blogueur sur le Blog d'Antoine Dupin.

SEOMAN : consultant en Médias Sociaux (Webmarketing, SEO, Twitter...). Blogueur sur TwitteRadar.

Fadhila Brahimi : experte en Personal Branding et Community Management. Coach certifiée de l’International Coach Federation, Fadhila Brahimi dirige le cabinet FB-Associés. Blogueuse sur le blog du Personal Branding.

François Mathieu : webmarketeur à l'agence Mediaveille. Observateur du web depuis plusieurs années, il s'est spécialisé dans les stratégies de communication sur les médias sociaux et porte un regard attentif sur la manière dont les entreprises et institutions mobilisent l'outil web.

Yann Leroux : psychologue, psychanalyste, Yann Leroux explore les mondes numériques. Blogueur sur Psy & geek.

Benjamin Romei : Consultant, Founder and Publisher of Vendeesign

Eric Dupin : blogueur professionnel et amateur de nouvelles technologies. Blogueur sur Presse-Citron.

Christophe Logiste : webmaster de formation, Christophe est actuellement responsable de ligne éditoriale, webrédacteur, consultant, rédacteur pour la presse-papier et accessoirement blogueur sur Homo Sapiens Internetus. Il se veut être un acteur actif dans le domaine des médias sociaux.

Emilie Ogez : responsable Marketing & Communication chez XWiki. Exploratrice du Web, experte en médias sociaux et gestion de l'identité numérique, elle est auteur pour différentes sites (01netpro.com, osereso.com...) ou magazines (Veille Mag...). Blogueuse sur Emilie Ogez News.

Pierre Jollet : étudiant en sécurité de l'information à SUPINFO International University. Passionné par les nouvelles technologies et la veille autour de l'actualité en général.

Kim Auclair : entrepreneure, Kim Auclair se spécialise dans le Web. Elle est chargée de projets et animatrice de communauté Web ( Twitter, facebook, viadeo, etc ). Elle est aussi fondatrice de MacQuébec : www.macquebec.com dont elle anime le compte twitter : @macquebec. Blogueuse sur Le blogue de Kim Auclair.

Emmanuel Gadenne : consultant Web et solutions collaboratives. Exploracoeur currency manager et blogueur sur Webusage.

Hubert Vaudaux : travailleur d'Internet depuis 1996, observateur attentif de la Social Media Révolution, Twitter est mon camp de base sur la toile. Blogueur sur Hvaudaux's blog

Lilian Mahoukou : Passionné des médias sociaux et des tendances émergentes en marketing et en RH. Blogueur sur E-volving.

dimanche 25 octobre 2009

Mon offre exploracoeur, c'est mes tweets vers votre site !

Vous avez un site, un blog, un myspace, une vidéo ou toute autre forme d'URL à promouvoir. Je mets mon compte Twitter @egadenne (~5000 followers) à votre disposition !

Mon offre n'est valable que si j'estime que votre lien est susceptible d'intéresser mes followers d'une part, et que cela ne nuira pas à ma e-réputation d'autre part.

Si tel est le cas, pour 25 exploracoeurs vous aurez 5 tweets de promotion de votre site. Et vous avez 200 exploracoeur offerts à l'inscription alors faîtes vos comptes !

Ces tweets de promotion seront identifiables par un préfixe séquentiel : [1], [2], ... [5].

Dès le premier jour, j'ai déjà eu un "client" pour cette offre, alors pourquoi pas vous ! Contactez moi sur Twitter @egadenne ou dans les commentaires de ce blog pour me proposer votre site...

mardi 20 octobre 2009

samedi 17 octobre 2009

Les réseaux sociaux et la productivité dans les entreprises !



[Edit]
  • Ce sujet a été lancé sur Techtoc.tv, pour un débat enregistré le 29/10. N'hésite pas à participer à l'ensemble de la discussion en rejoignant le débat.
  • Ce billet est actuellement en cours de ré-écriture sur une Google Wave. Julien Dorra et Olivier Schimpf ont déjà proposé leurs contributions, alors pourquoi pas toi ? Si tu souhaites participer à cette co-écriture, laisse moi ton adresse Google Wave en commentaire sous la forme egadenne@googlewave.com
Les réseaux sociaux, LinkedIn, Viadeo, Twitter, Facebook et consorts sont-ils source de perte de productivité dans les entreprises ?

L'usage des réseaux sociaux présente des caractéristiques parfois contradictoires :


Côté plus :

-1- en utilisant la sagesse des foules et la viralité, il est possible d'obtenir rapidement des réponses à des questions avec un degré de confiance plus élevé qu'en utilisant un moteur de recherche.
Ainsi, par expérience, lorsque je pose une question pratique ou technique sur Twitter, celle-ci est souvent retweetée et au bout d'une dizaine de minutes je reçois plusieurs dizaines de réponses dont 80-90% sont correctes. La viralité est ici assurée par le mécanisme du retweet. Quant à la sagesse des foules, elle s'exprime au travers du fait que la réponse engage celui qui la donne et qu'en cas de doute en général l'être humain s'abstient, ce que ne sait pas faire le moteur de recherche.

Côté moins :

-2- le networking est rapidement addictif. S'il permet dans un premier temps d'occuper utilement son temps de pause au travail, il peut, après quelques mois de pratique, devenir un besoin qu'il est nécessaire de satisfaire à intervalle régulier. De même que l'on va voir toute les heures si on pas reçu un nouveau mail, on est alors susceptible d'aller voir trop fréquemment si on a pas reçu un nouveau tweet, un nouveau reply, un nouveau direct message... Faute d'un réglage adéquat, les réseaux sociaux seront aussi des émetteurs de mails trop fréquents susceptibles d'engorger votre boîte aux lettres.

Côté plus ou moins :

-3- les réseaux sociaux sont le lieux d'exercice idéal de la sérendipité. En clair, on y trouve ce qu'on y cherchait pas au départ. Cette sérendipité est idéale pour la veille, l'innovation, le partage d'une culture avec ses pairs, et le développement de son domaine de spécialisation aux contacts des experts. Cette capacité à trouver, plus ou moins vite, autre chose que ce que l'on était venu chercher au départ peut aussi constituer un frein à la réalisation rapide de tâches simples. Oui parfois, on aurait pu trouver la réponse plus vite dans le moteur de recherche Google ou dans Wikipédia qu'en collaborant de façon trop systématique avec son réseau.

Si vous pensez que l'usage de certains réseaux sociaux ne peut pas être toléré dans l'entreprise, militez pour le blocage de celui-ci dans le firewall. N'oubliez pas que certains de vos employés ont sans doute déjà utilisé ces réseaux pour produire, dans le cadre d'autres entreprises ou organisations - universités, écoles, associations...
Considérez ces réseaux sociaux comme des outils. Si vous pensez que vos employés ne peuvent utiliser ces outils sans danger pour leur productivité, il ne faut pas leur en laisser l'accès.

Les réseaux sociaux sont des outils de communication apparus au 21e siècle, tout comme le téléphone a été un outil de communication apparu avec le 20e siècle. Il n' y a pas si longtemps, on hésitait à donner le téléphone à certains employés. Il n'aurait pas fallu qu'ils perdent du temps de travail à appeller chez eux.
Aujourd'hui, on en est plus à noter les numéros de téléphone portable de ses collègues dans son propre téléphone portable, au cas où...

Certains usages continueront à être dénnoncés ça et là. Baisse de productivité ou discours négatif sur son entreprise ou ses collègues peuvent être parfois observés sur ces outils, mais il en est de même avec tous les outils de communication, que ce soit au sein de l'entreprise ou à l'extérieur de celle-ci, que ce soit durant les heures de travail ou non...

L'usage de la messagerie est aujourd'hui très codifiée en entreprise, mais il y a 15 ans, il était fréquent de voir passer des mails qui parfois coûtaient chers à leurs auteurs. Peu à peu, chaque outil utilisé dans l'enceinte de l'entreprise sera pourvu de ses règles d'usage et de son étiquette... Après le mail, viendre le tour de Facebook, Twitter, Viadeo, LinkedIn, Google Wave...

Au boulot !


Le Business condamne t-il la philosophie du Web 2.0 ?

Lors d'un plateau de webtv, organisé par TechToc.Tv, j'ai eu le plaisir de dialoguer avec Frédéric Bascunana, Fabrice Epelboin, Thierry de Baillon et Vincent Berthelot.
Le sujet était le suivant : le business condamne t-il la philosophie du Web 2.0 ?
Et inversement, dans quelle mesure le Web 2.0 remet-il en question bon nombre de business ?

Pour votre confort d'écoute, pensez à vous inscrire sur le site de TechToc.Tv. Sur ce site, vous pourrez découvrir les tournages, les contributeurs et aussi poster vos commentaires, proposer vos idées de tournages, demander à participer à des plateaux. Bref du vrai Web 2.0 comme on l'aime !


[Aller voir le site]


[Aller voir le site]




[Aller voir le site]

dimanche 11 octobre 2009

Twitter VS FriendFeed/Facebook



Sur Twitter et sur Friendfeed, il est fréquent de lire des querelles pour savoir quel est (ou quel sera) le média social dominant, et aussi qui a le pouvoir d'influencer le choix de l'internaute lambda...

Plusieurs questions se posent : quel est le meilleur outil sur des critères d'utilisabilité, d'ouverture, d'audience, de ciblage ? Quels sont les outils qui renforcent la mise en place d'un écosystème autour des contenus et quels sont ceux qui vampirisent les conversations à leurs seuls profits ?



Toutes ces questions furent posées dans ce débat, auquel j'ai eu le plaisir de participer au côté de Fabrice Epelboin, Stanislas Jourdan et Frédéric Bascuñana.

Venez vous inscrire sur le site de techtoc.tv, pour visionner ces plateaux de webtv avec plus de confort, découvrir les tournages, les contributeurs et aussi poster vos commentaires, participer à des plateaux et même donner vie à vos idées de tournages... Idéal pour tout web-enthusiast ou tout web-sceptic qui a des idées à partager !

Le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?
Les nouvelles technologies et les médias sociaux changent le paysage médiatique.
Les modèles économiques des médias sont mis à mal.
C'est plus simple que jamais de communiquer et de toucher une audience... mais ces changements affectent aussi nos comportements.
Les chiffres présentés montrent que le succès est là mais ils donnent aussi l'ampleur des changements en-cours. Facilité de communication, multiplication des opportunités mais aussi, en corollaire, usages irréfléchis, infobésité et nouvelles addictions.
Alors êtes-vous prêt pour le futur ?

Au vidéocamp Paris 3 !


Quelques photos prises au VideoCamp Paris 3... 

Pour moi : 
  • L'occasion d'échanges très riches avec de nombreux participants, 
  • La découverte de publicité vues dans 17 MacDo, réalisée par TBWA, sous forme de vidéo 3D avec le WoW effect de Philips,
  • Des échanges à propos des lunettes pour de la vidéo en 3D en plus grande immersion,
  • La découverte des coulisses des Vidéos du Succès avec HK et PPC, 
  • Un débat passionnant sur les TV et Internet, porté par les inquiétudes des producteurs de contenus (documentaires, fictions, animations) qui cherchent de nouveaux canaux de diffusion et de nouvelles sources de revenus au-delà des médias traditionnels en perte de vitesse,
  • En off et en hors-sujet,  beaucoup de discussions et de questions sur les monnaies libres, l'exploracoeur, le twollars, The Whuffie Bank...
Vivement la prochaine édition ! 

lundi 28 septembre 2009

Community manager...

Une première expérience de community management avec ExploraCoeur, la petite monnaie libre, m'a donné l'envie de suivre une mini auto-formation alors, vite un ebook et 30 idées pour booster sa communauté, proposés par @blog_communaute
Travaux d'été pour votre communauté

mercredi 23 septembre 2009

Embauchez Osiris Martinez comme présentatrice !



Il y a un an, j'avais eu le plaisir d'interviewer une première fois Osiris Martinez (@osoamoroso) en tant que présentatrice de mobuzz.tv.
Pourquoi ? Tout simplement parce que j'étais fan et que je voulais donner un petit coup de pouce à cette émission et à la présentatrice vedette du Mobuzz.tv en français ! Depuis, adieu les doses infos quotidiennes, car Mobuzz.tv n'a pas réussi à devenir rentable à temps...  C'est bien triste :-( !



Webusage.net : Mais aujourd'hui, j'ai à nouveau le plaisir de d'interviewer Osiris Martinez ! Bonjour Osiris, peux-tu te présenter, quelles sont tes passions ?

Osiris : Bonjour! Et bien j'ai 23 ans, je vis en Espagne et suis totalement accro au cinéma, aux voyages, à la plage, aux fringues (malheureusement pour mon porte feuille)...et aux sandwichs à la vache qui rit lol. Plus sérieusement, j'ai une licence en cinéma et suis sur le point de commencer un master en journalisme de mode, vu que mon experience chez Mobuzz m'a donné envie de creuser un peu plus dans le monde du journalisme et des médias...



Webusage.net : Peux-tu nous raconter ton expérience chez Mobuzz.tv ?

Osiris : Bien sur...Mon expérience chez Mobuzz a duré environ 1 an et demi. J'y étais présentatrice et rédactrice d'une emission dont je gérais le contenu, la forme et la présentation. Son nom était "Lebuzz" et il s'agissait d'une emission quotidienne d'environ 5 minutes sur les nouvelles technologies. Mon passage par Mobuzz m'a permi de découvrir le journalisme d'une façon plutôt brusque mais très enrichissante : moi qui n'avait pas vraiment de connaissances en technologies ni en journalisme à proprement parler me suis retrouvée d'un coup aux commandes de toute une chaîne de choses extrêmement intéressantes...je garde un bon souvenir de tout ça, malgré la façon dont tout s'est terminé...




Webusage.net : Quelles sont tes autres expériences et les projets auxquels tu as participés ?

Osiris : J'ai fait un peu de secrétariat en prod, mais pas grand chose, et quelques pubs, ici, en Espagne... Maintenant, je suis sur le point de commencer un projet avec le journal Espagnol "ABC". Il s'agira, en théorie, d'une emission hebdomadaire de cinq minutes, online encore une fois, qui aura cette fois ci pour sujet les séries télé en vogue...



Webusage.net : Quel type de job cherches tu aujourd'hui ? Dans quel domaine ? Dans quels pays ?

Osiris : Et bien je cherche en fait un peu tout et n'importe quoi lol, vu ma situation en ce moment... Mais il est clair que j'aimerais continuer à travailler dans ce que j'aime : journalisme, mode, art dramatique... Pour ce qui est du pays, sincèrement, je dirais presque que peu importe, même si mes préférences seraient l'Espagne, la France... ou New York, tant qu'à faire !!! lol



Webusage.net : Bon allez, à présent quartier libre, à toi le micro !

Osiris : Waow, pas facile! Je ne sais jamais quoi dire dans ces cas là ! Euuuh... Bah merci pour l'interview et la démarche déjà, c'est super sympa... et puis voilà quoi, sachez que je cherche du travail, alors n'hésitez SURTOUT PAS à me proposer des trucs lol ! 



Webusage.net : Osiris, je te souhaite une réussite complète dans tes projets pro et perso. Quant à moi, à titre personnel, j'espère te revoir bientôt sur une WebTV francophone.

J'invite tous les lecteurs de Webusage.net qui te soutiennent à réclamer ton retour à l'aide de la bannière ci-dessus ainsi qu'à signer la Twitition...

Osiris : Merci énormément pour tout Emmanuel... et puis que dire..."Gros bisous et à bientôt, j'espère!"

Webusage.net : Euh... Oui gros bisous, à bientôt, et la prochaine fois que tu passes à Paris, tweete me et on se fait un bicloune !


Note : billet associé à la journée de l'emploi.

lundi 21 septembre 2009

La Whuffie Bank mesure votre réputation !


"Dans un monde où la réputation est une richesse, ceux qui donnent bien sont les plus riches. Bienvenue dans The Whuffie Bank"

Note : ce billet a été écrit à quatre mains par Patrick Barrabé et Emmanuel Gadenne



Selon Wikipédia, le whuffie est la monnaie, basée sur la réputation, utilisée dans "Dans la dèche au royaume enchanté", le roman de science-fiction de Cory Doctorow. Ce livre dépeint une économie post-rareté : tous les biens de première nécessité (et la plupart des articles de luxe) sont gratuits et à disposition. Le niveau de whuffie actuel d'une personne est visible instantanément par tout un chacun, tout le monde étant équipé d'un implant cérébral offrant une interface avec le Net. Ce roman est disponible en français en poche ou sous licence CC.



Un site nommée The Whuffie Bank vient d'être lancé. A l'heure actuelle, il est encore trop tôt pour savoir s'il s'agit d'un site pérenne ou d'une blagounette organisée à l'occasion du TechCrunch50. Ceci étant le concept de calcul de la réputation en ligne est suffisamment important ! Donc, regardons ce site de près mais soyons prudents !



La Whuffie Bank est un organisme à but non lucratif dédiée à la construction d'une nouvelle monnaie basée sur la réputation, monnaie qui pourraient être échangée contre des produits réels et virtuels et des services. Plus votre réputation est élevée, plus vous serez riche. Tout comme les Creative Commons remettent en cause les droits d'auteurs, la Whuffie Bank remet en cause notre vision de la richesse. Il ne s'agit plus de mesurer les fortunes et les échanges en dollars ou en euros, mais de mesurer votre niveau et vos échanges de réputation ! Et sur le Web social qui se développe depuis quelques années, mesurer enfin l'e-réputation, serait équivalent à résoudre la quadrature du cercle !





Carte de crédit (fictive) de la Whuffie Bank présentée au tc50

Le site a été lancé en fanfare, à l'occasion du TechCrunch50. Sur le stand, on a pu voir une carte de crédit (fictive) ! De plus,  la Whuffie Bank est déjà mentionnée sur la version en anglais de Wikipedia.


Le stand de la Whuffie Bank au  tc50

Sur Twitter, on peut également suivre la Whuffie Bank qui semble ne pas manquer de verve :
  • Show me the real value of money
  • I love the smell of whuffie in the morning!



La meilleure preuve d'une réelle attente est l'évolution du nombre de followers du compte Twitter de la Whuffie Bank, , @whuffiebank. L'offre est actuellement uniquement basée sur votre présence sur Twitter, et bientôt sur Facebook, FriendFeed, Digg... La mise à disposition d'une API va certainement booster le service.

Comment ça marche me direz-vous? Et bien au travers de l'API Twitter, un algorithme calcule votre Whuffie tous les 3 jours. Il suffit de s'inscrire à la banque pour obtenir instantanément un WhuffieLevel. Puis, tous les trois jours, et vous verrez le niveau monter ou descendre si vous obtenez plus RT. Mais pas seulement : si vous faites beaucoup de RT, vos RT auront moins d'impact que quelqu'un qui en fait peu. Si vous êtes RT par quelqu'un ayant un fort Whuffie, cela aura un impact positif supplémentaire. De même si vous RT un lien déjà RT de nombreuses fois, cela aura moins d'impact.

Les règles sont donc simples, et conçues pour éviter le plus possible les hold-up de Whuffies. Bien sûr, comme IRL, il y aura toujours des malins qui pourront faire des scores en contournant l'algorithme. Mais comme le dit la Whuffie Bank :

    * Notre job est d'améliorer le calcul des Whuffie et de représenter correctement la valeur de la réputation

Il est également possible de donner directement du Whuffie à quelqu'un soit directement depuis le site (bouton "GiveWhuffie") soit en tweet, au travers de la syntaxe suivante :
"WHF 10 @egadenne pour ce billet". Certaines options ont ainsi été écartées, comme la fonction de whuffie négatif qui n'a pas été mise en oeuvre, bien que les créateurs y ait pensé.

Qui paye tout ça ? La Banque Whuffie a été fondée et est actuellement soutenue par Popego, une société de logiciels d'intelligence artificielle, Atommica, un studio de développement de logiciels, Aconcagua Ventures, une société de capital-risque et Livra une société d'études de marché en ligne. Et bien sûr le soutien et les idées des étudiants du MIT et de Stanford. Excusez du peu.

Parmi les évolutions prévues par les fondateurs, la plus incroyable est l'intégration dans le calcul des Whuffies de la réputation IRL. A suivre, encore une fois, avec prudence.

L'équipe Whuffie Bank [profil sur LinkedIn]:
    * Martin Añazco
    * Martin Conte Mac Donell
    * Emiliano Kargieman
    * Diego Meller
    * Santiago Siri
 

Note de l'éditeur :
Webusage.net n'est plus en mesure de financer seul les 50 Whuffies convenu avec les auteurs,
Patrick Barrabé (265 Whuffies) et Emmanuel Gadenne (61 Whuffies), au titre de leurs rémunérations pour ce billet.
Webusage.net demande donc à tous ses lecteurs de suivre @barrabe et @egadenne très rapidement, de les retweeter massivement, et d'envoyer des tweets de dons sous la forme "WHF 10 @egadenne pour ce billet".

Merci de poursuivre cette opération de soutien jusqu'à ce que les auteurs du billet disposent de respectivement de 315 Wuffies (Patrick Barrabé) et 111 Wuffies (Emmanuel Gadenne), faute de quoi Webusage.net sera contraint de suspendre la publication de ce billet. Merci de votre aide !

samedi 19 septembre 2009

Yes ! Osiris Martinez mail me !


Yes ! Osiris Martinez mail me !, première mise en ligne par Emmanuel Gadenne.
Note de rédaction : premier essai de blogging depuis flickr

Oui c'est fou Osiris Martinez m'a fait un mail à moi, petit blogueur. Si vous connaissez Osiris Martinez vous comprendrez que c'est fou, fou, fou ce qui m'arrive ! Si vous ne la connaissez pas encore, vous trouverez une Interview d'Osiris Martinez en colonne de gauche de ce blog. Et sachez qu'une nouvelle interview d'Osiris Martinez sera publiée ici même la 24 septembre à 8h ! Oui ici quand on est fan, on est FAN !
J'oubliais le plus important ! Si vous cherchez à embaucher une journaliste, présentatrice ou actrice, ne PASSEZ PAS à côté de la candidature d'Osiris Martinez car cette fille-là, elle va faire un carton dans votre Show !

jeudi 17 septembre 2009

Us now : le Web 2.0 pour le gouvernement 2.0 !

Us Now montre que les réseaux sociaux remettent en cause la notion de hiérarchie telle que nous la connaissons. Les foules peuvent à présent penser ensemble et gouverner ensemble : cela commence par un club de football (Ebbsfleet United) qui est la propriété de 30.000 fans qui le gère en direct. Il y a aussi Zopa, la banque dont vous êtes le banquier (!) et le Couch Surfing, un vaste réseau dans lequel les membres partagent leurs maisons pour quelques nuits avec des inconnus... Au travers de ces exemples, on perçoit comment un pays pourrait être gouverné par les citoyens eux-mêmes. Le Web 2.0 permettra-t-il la fabrication d'un gouvernement 2.0 dans lequel les ministres,tels les joueurs de foot de Ebbsfleet United seraient contrôlés par un premier ministre qui serait enfin l'expression de la sagesse des foules ?

mardi 15 septembre 2009

Et si la philosophie 2.0 menaçait le business...

J'étais avec Frédéric Bascunana, Fabrice Epelboin, Thierry de Baillon et Vincent Berthelot, pour la troisième partie du plateau de TechToc.Tv consacré à la question "Et si la philosophie 2.0 menaçait le business ?".
N'hésitez pas à vous inscrire sur le site de TechToc.Tv, pour visionner ces plateaux de WebTv avec plus de confort, découvrir les tournages, les contributeurs et aussi poster vos commentaires, participer à des plateaux et même donner vie à vos idées de tournages... Et si c'est pas de la philosophie 2.0 ça, je m'y connais pas !


[Aller voir le site]

vendredi 11 septembre 2009

La Twitteromance de l'été



Après
@Marion_MdM cherche @unmec et @SLeRouzic versus @Graeme5, voici la twitteromance de l'été, racontée par @NatCordeaux et @MoiMateo...

Webusage.net : @NatCordeaux, après ton interview dans le cadre de la mise en place de Corpor@tement Vôtre, tu reviens dans la rubrique people, tu étais jalouse de @Marion_MdM ?

@NatCordeaux : Bonjour Emmanuel, si tu savais... Le buzz de @Marion_MdM m'a fait sourire à l'époque. Nous étions, ici ou ailleurs, dans une profusion de sujets sur l'identité numérique, la e-réputation, et voilà qu'une fille se risquait à saper sa réputation en communiquant sur Twitter à propos d'une relation intime. J'avais trouvé cela culotté et risqué au possible et je m'étais promis de ne jamais tweeter sur des évènements intimes. J'avais une image numérique à construire "via" les réseaux et "pour" Corpor@tement Vôtre. Mes seules exceptions étaient mes tweets musicaux via Blip.fm.... C'était sans compter ma rencontre avec @MoiMateo...


Webusage.net : peux-tu nous raconter comment tes tweets ont croisé ceux de @MoiMateo ?

@NatCordeaux : Nous avions un follower en commun : @edonis, en remontant sa time line j'ai découvert certains de leurs échanges autour de la musique et plus particulièrement de Ben Harper. Je t'avoue que je ne sais plus qui a followé l'autre le premier, en revanche je me souviens de son premier tweet, adressé à l'époque à @BlogJobComm (qui était ma première identité sur Twitter) pour me féliciter sur mon blog. Mon plus grand plaisir était alors de cliquer sur les liens musicaux qu'il tweettait, tous très intéressants et chaque fois pile poil dans mes goûts. Il a ensuite rebondi (il rebondit souvent ;-) ) sur un de mes Tweet concernant Weblin (messagerie instantanée avec avatar visible sur les page Web que vous visitez), s'est connecté au service et m'a entrainé avec lui là bas. J'ai découvert non seulement Weblin grâce à lui mais également une autre facette de Mat en dehors de Twitter. Il y a eu immédiatement une super alchimie entre nous deux par Tweet et par Blip interposés mais aussi en aparté par DM (avant même de passer par mail puis par MSN), avec un sujet de prédilection, celui de la musique. S'en est suivi des échanges très complices montant crescendo et rapidement dans la taquinerie puis la séduction... Séduction qui avait déjà opéré avec son avatar que je trouvais magnifique, osé, anti conformiste et qui m'attirait comme un aimant... J'aimais ce que représentait ce singe musicien dans sa baignoire et j'aimais imaginer que ce choix n'était pas innocent (et j'avais raison!) Finalement, si je n'avais pas découvert Twitter grâce à toi et @Moderateur, si je ne suivais pas attentivement les tweets de @edonis, peut être n'aurais-je jamais croisé @MoiMateo...

Webusage.net : @MoiMateo bonjour, peux-tu te présenter et nous dire toi aussi comment tes tweets ont croisé ceux de @NatCordeaux ?

@MoiMateo : Bonjour Webusage ! J'ai toujours été présent sur le web depuis les tous débuts des années 90. J'ai tenté d'apprivoiser ce monde virtuel et je m'en suis souvent mordu les doigts. C'est pour cela qu'après une époque où j'étais très présent, j'ai voulu m'éclipser tout en gardant un oeil vigilant mais plus discret. Cette absence m'a permis de créer un réel professionnel et personnel. Et puis la boite où j'étais dernièrement engagé en tant que développeur d'appli embarquées a eu un ralenti me permettant ainsi de me remettre sur le web et toutes les nouveautés que je surveillais avec peurs et envies. Twitter en a fait partie. Peu de temps avant, j'avais décidé d'ouvrir un nouveau blog afin d'exprimer une passion de toujours, la musique. C'est à travers la musique que j'ai découvert Nat, en fait BlogJobComm à l'époque. Elle m'a fait découvrir Blip.fm grâce a ses tweets musicaux du matin ! Et puis j'avais envie de lancer un nouveau concept sur mon blog : "la BO de sa vie". L'idée m'est venue d'une émission passant sur le Mouv'. Il s'agissait de parler de soi à travers les musiques qui avait suivi son quotidien. Quand j'ai rencontré Nat sur Twitter, c'était comme une évidence que ce soit elle la 1ere à répondre à cette interview. J'ai appris beaucoup d'elle dans cet échange et suite aux recherches et surfs sur son blog. Et puis voilà, nos tweets se sont emballés et je suis vite devenu accro à ses 140 caractères plein de taquinerie puis d'amour !

@NatCordeaux : MES tweets étaient plein de taquinerie et d'amour ? et moi qui pensais que c'était toi qui me séduisais...

@MoiMateo : C'est justement cette ambiguité dans nos tweets respectifs qui a fait que c'était prenant et plein d'imprévus. Nous nous taquinions l'un l'autre, entrions chacun dans le jeu de l'autre pour l'entrainer dans sa propre cour de jeux ! C'est bien toi qui a accepté mes massages sur ton transat, non ? Rires !


Webusage.net : En ce moment, on oppose beaucoup les réseaux sociaux et la vraie vie. Penses-tu que que finalement le Web 2.0 avec Twitter, les blogs, les sites de partages de musiques aura constitué un terrain idéal favorisant votre rencontre ?

@NatCordeaux : Oui Oui et Oui ! Sans Twitter, nous ne nous serions jamais croisés et j'irais jusqu'à dire que notre histoire s'est écrite en 140 caractères bien avant que nous nous voyons IRL !!! Même si aujourd'hui nous avons découvert que nous aurions pu nous rencontrer ailleurs et autrement pour avoir fréquenté les mêmes lieux à 1000 kms d'ici (!) pour avoir travaillé pour les mêmes clients au même moment (!) nous nous sommes finalement croisés sur le Web. Nous avons beaucoup appris l'un de l'autre par pixels interposés, via les lectures de nos blogs respectifs notamment, et nous avons rapidement échangé les clés de nos autres blogs plus personnels permettant à l'autre de découvrir une autre dimension de soi. Il me semble que nous n'aurions pas osé nous dire certaines choses lues ou écrites ici et là, qu'il était plus facile de se dévoiler ainsi. Blip.fm a également été un terrain de jeu de séduction entre nous, jouant des messages délivrés dans certaines chansons pour nous séduire, allant jusqu'à me faire une demande en mariage surprenante :


@NatCordeaux : Sans vouloir gonfler le côté Twitterrien de cette romance, la séduction c'est bel et bien opérée exclusivement en 140 caractères et avant même de nous connaitre IRL. Nous avons appris à nous connaitre via nos échanges sur Twitter et finalement concentrer notre message à l'autre en 140 caractères nous permettait d'aller à l'essentiel ! Au final, notre rencontre IRL, en juin dernier, n'a été que le prolongement de nos tweets et DM, comme le dit si bien Mat "juste une évidence". Twitter nous avait tellement donné que finalement nous ne nous sommes pas posés de questions et avons poursuivi naturellement cette histoire IRL encore plus intensément.

@MoiMateo : Evidement que le Web 2.0 est un terrain idéal pour faire des rencontres ! Pas que la nôtre d'ailleurs, car l'écran et les pixels permettent de se lâcher et de se révéler comme on est vraiment à travers des passions, des mots, des sous-entendus. Ce qui a fait la force de notre rencontre, c'est que dès le début, Nat et moi avons été francs et vrais. Une fois le passage du virtuel au réel fait, nos yeux parlaient comme nos écris. Nous nous sommes séduis via twitter et nos blogs respectifs tout en restant vrai. L'alchimie s'est faite via le web mais ne s'est pas arrêtée derrière les écrans. Elle a même pris une dimension incroyable une fois les yeux dans les yeux. Ni l'un ni l'autre ne nous sommes cherchés, et malgré tout nous nous sommes trouvés. C'est surement la différence entre IRL et IVL : le 1er il faut forcément une envie, un but. Le second, on ne se connecte pas dans un but précis ! Encore que certains sont sur le web avec le seul but de trouver une proie. Mais trouvent-t-ils vraiment ce qu'ils cherchent ? J'en doute ! D'ailleurs c'est souvent quand ils cessent de chercher qu'ils trouvent vraiment le bonheur...
Si j'avais croisé Nat dans le réel, je n'aurais jamais osé l'aborder de la façon dont je l'ai fait via le web. On a quand même 15 ans de différence et je ne me vois pas proposer des massages ou un petit déjeuner sur son transat lors d'une rencontre dans le réel ! Attention, je ne veux pas faire croire aussi que je propose tout ça à mes contacts féminin via le web ! C'est vraiment venu du fait que je savais qu'avec Nat, ça serait pris au second dégré et que ça passerait comme un délire... Finalement, c'est devenu une réalité !

@NatCordeaux : 15 ans de différence d'âge... voilà une barrière qui a sauté avec le Web ! Comme vous l'aurez compris Mat n'aurait pas osé m'aborder dans le réel, vu mon grand âge... Le Web est donc la solution pour recaser les séniors ? ha ! ha! ha!

@MoiMateo : Mais non, je dis pas ça dans ce sens. C'est juste que forcément, je n'aurais pas osé. Toi tu aurais osé m'aborder dans le réel ? Je doute, non ? Si elle aurait osé ! Elle est dingue ! C'est pour ça que je l'aime. Pour ses cotés dingues. En fin de compte, c'est moi le vieux, voilà où elle voulait en venir !

Webusage.net : Communiquer entre vous via Twitter, c'est aussi faire participer vos followers à vos aventures. Comment réagissent-ils ? Dans les bons moments ou dans les moments plus durs : je pense notamment à une soirée où @MoiMateo avait... quelques heures de retard ou à l'incendie près de la résidence où habite Nathalie.

@NatCordeaux : Aussi étonnant que cela puisse paraitre, nombre de nos followers ne se sont rendu compte de rien !! Et pourtant... Mat, électron libre et impulsif, me déclarait très souvent son amour par tweets (musical ou non) interposés. Il a même utilisé les services de @iminlovewith !


@NatCordeaux : Je le freinais dans ses élans autant que possible, pas sure que cela soit bon pour notre e-réputation, les romances issues du Web n'ayant pas bonne réputation mais aussi parce que Twitter était pour moi avant tout un outil pro. Et puis par moment, par jeu ou par défi, je le laissais faire...
Lui était persuadé que personne n'avait compris, que finalement l'attention des followers n'était que toute relative; moi j'avais l'impression d'être le centre d'intérêt de tous mes followers, l'impression de sentir leurs regards de travers à chacun de leurs tweets ;-) C'est ainsi qu'un jour on a voulu tester la réactivité de nos followers en jouant une scène du quotidien en direct : Je demandais à Mat de penser à ramener du pain en rentrant du boulot, lui me répondait qu'il avait une réunion et serai en retard et s'ensuivait une scène de la vie quotidienne d'un couple officiel... Et finalement il avait raison, très peu de personne ont accroché, uniquement les followers avec lesquels nous communiquions déjà étroitement.
Ceux qui, les premiers, ont donc décelé une certaine ambiguïté dans nos tweets sont donc ceux avec lesquels nous avions déjà une certaine complicité, et encore, pour beaucoup ils n'avaient remarqué que de la complicité. Ceux-là sont passés en mode DM pour discrètement avoir confirmation de leur doute. Si nos tweet restaient encore assez discrets sur la romance qui naissait, nous n'avons en revanche jamais menti aux followers qui nous questionnaient en aparté. Et je dois dire que la discrétion dont nous les missionnions a été respectée et je les en remercie pour cela (ils se reconnaitront).
D'autres ont surpris des erreurs de routage de mes DM passés publiques :-( J'ai ainsi appris à mes dépens que rédiger un DM manuellement nécessitait de bien faire attention à l'espace entre D et MoiMateo sous peine de voir publier publiquement des tweets très personnels du genre "tu me manques"... Là encore j'ai pu compter sur l'élégance et la discrétion de ceux qui les avaient interceptés, encore un grand merci à eux. D'autres encore sont devenus des confidents, conseillers, amis de notre couple et j'ai beaucoup échangé sur le sujet par mail avec certains et notamment ceux qui se reconnaissaient dans notre histoire pour vivre eux même une romance issue du Web.
Quand nous avons décidé de rendre officielle notre relation, j'ai reçu un grand nombre de félicitations et de voeux de bonheur en DM ou en Tweet et contrairement à ce que je pouvais penser finalement cette romance a été prise au sérieux par grand nombre de mes followers.

@MoiMateo : L'histoire de la soirée était un total montage, une improvisation. C'était plus par défi et pour se marrer. On ne pensait pas que ça allait prendre parmi nos followers. Pour ma part, je n'ai jamais pris Twitter pour un mode de communication pro. Mon e-reputation passe par mon coté humain. Je ne vais évidement pas dévoiler tout ce qui se passe dans mon IRL mais je pense que le coté sentimental du web est important. Le virtuel manque de sensation et sans aller dans le grand déballage, je ne vois pas l'intérêt de se priver de ce coté humain au nom de la réputation. Derrière l'écran, il y a une personne, beaucoup trop l'oublient !
Pour l'histoire du feu près de chez Nat, Twitter m'a aidé à rester zen. Quand une personne t'est très chère et que tu ne peux pas être avec elle, tu fais tout pour te sentir proche d'elle. Je n'avais que ça et j'ai pas hésité un instant ! Merci à tout ceux présents lors de cette nuit ! J'ai du en gaver plus d'un mais ça m'a permis de soutenir Nat et c'est tout ce qui comptait !
Je n'ai pas eu énormément de retour via DM sur mes tweets, les followers sont plutôt passés par Nat. C'est tant mieux car ainsi, elle pouvait gérer les "on dit". C'est aussi pour se préserver des rumeurs que j'ai préféré être plus clair et direct dans mes tweets : c'est affreux d'entendre dire des choses qu'on aimerait dire soit même avec d'autres mots !

@NatCordeaux : note à moi même -> penser à me méfier du côté sentimental du Web de Monsieur... et du côté sentimental de Monsieur tout court

Webusage.net : Les lecteurs de Webusage.net sont très curieux alors dites-nous tout de vos secrets et de vos projets (et pas de langue de bois !).

@NatCordeaux : Nos projets ? En 4 mois nous sommes passés de 140 caractères (en avril) à l'IRL (en juin) puis à la vie commune (en aout) ! J'ai bien envie de savourer cette nouvelle période à une vitesse inférieure à 140... Une chose est certaine c'est que notre avenir commun se fera également sur un plan profesionnel : Mat est développeur, il maîtrise ces fameux langages et ces applications qu'il me manquait pour concevoir Corpor@tement Vôtre de façon autonome, nous réfléchissons donc au projet à deux, pour deux... Comment ça c'est pas très croustillant romantique ?
Un secret ? nous avions décidé de vivre ensemble et j'ai reçu sa demande en mariage avant même de nous être rencontrés uniquement grâce à nos échanges sur Twitter ;-) Euh.... j'ai dit mariage moi ? ... pourquoi j'ai l'impression qu'il va rebondir ?...

@MoiMateo : Je ne rebondirais pas... Le futur, on l'écrira ensemble. J'ai envie d'un quotidien rayonnant avec Nat et nos graines d'ADN respectives... (j'ai deux merveilleuses princesses) Vous avez lu, elle a parlé de mariage, c'est pas moi qui le dis ! Rires ! Et vous êtes tous invités... Jeans et marcel pour la tenue ! Mince, j'ai rebondi !!!
Plus sérieusement, on pense effectivement développer le projet de Nat Corpor@tement Vôtre à deux et ainsi apporter au projet une dimension plus grande que le simple blog. On va pouvoir mettre en place des structures plus dynamiques et un back-office plus accessible. Ca s'est le coté pro... mais évidement, on a aussi des projets plus perso comme vivre d'amour et d'eau fraiche, bronzer la nuit, prendre des coups de soleils sur les fesses, faire l'amour tous les soirs !!! Oups, je vais peut être un peu loin là, non ? J'ai choqué personne dans la salle ? Rires ! Oui je suis un sale gosse mais j'ai trouvé une joueuse qui se cachait dans ma cour de récrée !!!


Webusage.net : Merci à tous les deux pour le récit de cette Twitteromance qui a bien ensoleillé cet été... Webusage.net souhaite le meilleur à chacun et à "tous les deux".

@MoiMateo : J'aimerais juste rappeler que le virtuel ne vaut le coup que si on reste proche du réel. Le clavier a besoin du cœur pour pouvoir être réactif. Les mots peuvent êtres intepretés de milles façons mais ce que les yeux disent avec le coeur, n'a qu'un seul sens, celui de l'amour et du vrai. En bref, restez vrai et sortez des sentiers battus, vous ne serez jamais déçus !

@NatCordeaux : Merci à toi Emmanuel. J'aimerais juste finir sur une mise en garde...
Jamais je n'aurais imaginé trouver l'amour sur le Web et encore moins sur Twitter pourtant peuplé de chasseresses et de chasseurs (et pas que de têtes)... Je n'étais pas en recherche du prince charmant et surtout tellement septique moi-même face à des "MeeticRomance" !! mais voilà... la magie a opéré avec Mat, je me suis laissée porter et je ne le regrette pas car aujourd'hui je suis la plus heureuse des femmes ! Twitter nous a permis de nous révéler autrement, dans le désordre certes mais au delà des apparences et du physique, sans préjugé, sans les parasites du réel (vestimentaires, attitudes...) qui entrainent souvent le jugement rapide qui nous empêche de creuser plus loin dans cette personnalité tout juste rencontrée. Mais soyons réalistes, j'ai conscience que notre romance est exceptionnelle, toutes ne finissent pas comme celle-là, car il est facile de se cacher derrière un avatar, de jouer un rôle, de mentir, de surjouer... notre atout a été de rester chacun authentique et sincère et lorsque nous nous sommes vus pour la première fois finalement c'était comme sur Twitter !
J'ajouterais que si Twitter a ses limites, il a aussi ses tranchants : voir l'autre interagir en instantané avec ses followers est très instructif mais aussi à double tranchant, l'interprétation de mots et de bribes de conversation peut aussi entrainer des situations ubuesques. Comment ça je suis jalouse de ses followeuses ? pfffffff

Enfin, pour conclure, si la seule réticence que je pouvais avoir en Tweettant sur cette histoire était celle de ma e-réputation... je me dis aujourd'hui que rester authentique dans chaque moment ne pouvait pas me nuire, au contraire... être amoureuse est-il honteux ?